Le chat, même s’il apprécie de paresser de longues heures au soleil ou lové contre un radiateur, est un animal actif. Chez le jeune chat, cette activité se concentre essentiellement dans le jeu, qui possède de nombreuses vertus : il permet de lutter contre l’ennui, d’apprendre, et c’est aussi un anxiolytique ! Alors pourquoi s’en priver ?

Pour apprivoiser un animal craintif

Le chaton ou le chat que vous venez d’adopter se montre craintif, il refuse le contact, et malgré toutes vos tentatives, pas moyen de le toucher, de l’approcher ? Avez-vous essayé le jeu ? Fabriquez une boulette de papier aluminium que vous attachez par une ficelle à une fine tige de bambou (genre tuteur), fixez un bouchon de liège sur une longue ficelle, procurez-vous un stylo-laser : tous ces jeux permettent de stimuler votre chat et de la faire petit à petit sortir de sa réserve sans que vous ayez à entrer en contact direct avec lui. Ils réveillent aussi son instinct naturel de prédateur et de chasseur. Mine de rien, en l’observant attentivement, vous allez découvrir le tempérament de votre chat : opiniâtre, rusé, méfiant, chahuteur…

Pour tromper l’ennui

jeu chatSi vous vivez à la campagne et que votre chat peut sortir régulièrement, il aura largement de quoi s’occuper ! En revanche, dans un appartement en ville, si vous et les membres de votre famille êtes absents la journée, il y a des risques que votre chat s’ennuie. Dans ce cas, laissez à sa disposition des jeux adaptés qui lui permettront de stimuler ses réflexes de prédateur : petites balles légères en alu, jouets en plumes ou en laine, pour les « traditionnels », mais aussi jeux qui fonctionnent seuls (lasers automatiques, circuits, jeux d’attrape-souris électroniques…), ou encore jouets distributeurs de nourriture, qui remplissent la double fonction d’amuser l’animal en l’occupant de longs moments tout en assurant une distribution fractionnées des repas. Sans oublier les tunnels, les griffoirs et arbres à chats qui lui permettent de se cacher ou de se percher et de marquer son territoire, aussi petit soit-il.

Pour apaiser son anxiété

Un chat peut être facilement anxieux, et cela peut se manifester de différentes façons, allant de l’agressivité au repli total sur soi, en passant par le léchage et l’automutilation, la perte ou l’augmentation d’appétit, la perte de poils, les cystites à répétition, etc.

Dans ces cas, il est important de repérer la cause du stress, et si possible de l’éliminer. Mais le jeu peut intervenir comme « traitement de complément » pour dériver cette anxiété qui mine votre animal. Demandez conseil à votre vétérinaire, qui vous aidera à identifier l’origine du problème, prescrira peut-être un traitement (complément alimentaire ou phéromones anti-stress). La mise en place de stimulation par le jeu ne peut être que bénéfique à votre compagnon, et à votre relation si vous partagez des parties endiablées !

Comme les enfants, les chats adorent jouer ; cela réactive leur instinct de prédateur, mais aussi leur permet de tromper l’ennui et de lutter contre le stress. Les jeux partagés avec votre compagnon auront aussi un effet bénéfique sur vous (c’est médicalement reconnu !), et vous en apprendront long sur son caractère. Et ils renforceront votre complicité.